lundi 15 février 2016

L'imagination de Cassandre

Cassandre avait beaucoup d'imagination, elle se disait créative et ambitieuse. Du bout de son pinceau elle créait son univers enchanté qu'elle façonnait de ses doigts délicats. Elle vivait pour ces paysages magnifiques rencontrés lors de ses voyages et qu'elle dessinait tels qu'elle les voyait, différents de tout autres. à travers une cascade, elle percevait l'envers du décor, la roche sédimenté et creusé dangereusement. Il n'y avait pas forcément la beauté, mais aussi un arrière-goût d'inquiétude que l'on pouvait apercevoir de plus prés en s'y rapprochant calmement. Une image d'un tigre qui avait toujours des canines aiguisées et pourtant, qui souffrait affreusement. Elle ne voulait pas de copie, une simple once de son esprit rattaché à cette toile où ses feuilles de dessins. Elle lui suffisait de fermer les yeux, se retrouvant alors dans un monde fantastique ou les règles étaient dictées par ces propres envies. Ses pensées viraient au rouge lorsqu'elle avait peur, elles étaient d'un gris mélancolique lorsqu'elle était des,plus triste...Mais d'un jaune flashy et aveuglant lorsque la joie la submergeait, présente et intense à la fois. Ces personnages étaient tous uniques, entre le bon travailleur construisant dans la journée ses multiples bâtiments, au timide berger qui ne réussissait qu'à lui attribuer quelques regards furtifs et embarrassés. Elle était la reine de ce monde, le chef parfait, unique, et majestueux que l'on puisse espérer. D' un rose hypnotisant qui se transforme parfois en couleurs multicolores. Tout cela n'était peut-être pas réelle, comme cette fascination qu'avaient ses sujets pour elle. Ce n'était qu'une image, transgressant la vérité et la liberté...perdue dans un âge où l'on désire plus, mieux et en si grande quantité. Cassandre désirait la vie, l'amour et la gloire. Elle pouvait toujours l'imaginer dans ses rêves, dans ses pensées, dans ses tableaux peints à la vas vite et sublimes... Il restait toujours une réalité profonde et écœurante qu'elle détestait...Pourquoi n'était elle pas la meilleure ? La plus forte, la plus belle et la plus courageuse ? Pourquoi n'était ce pas « Cassandre » avant tout le monde, avant tout autre prénom qui serait indigne du sien ? Elle avait le droit de rêver d'être connu, d'être une star et de pouvoir ainsi se montrer en tant que telle à toutes ses amies frimeuses et riches. Elle n'était pas riche, elle n'était pas connue...Elle n'était rien de cela. Mais une chose était sûr...Elle serait toujours Cassandre, perdue dans son imagination débordante...

2 commentaires: