samedi 20 février 2016

Les pensées sombres

 Coucou tout le monde ! Je vais débuter une nouvelle série d'idées et d'articles qui sera nommé : "les idées sombres". Voici le premier extrait aujourd'hui ! :

 Je vais vous parler aujourd'hui d'un sujet qui me tient à cœur car l'une de mes amies est prisonnière de cette fatalité. La scarification de nos jours est un refuge, lorsque nous cachons notre désespoir, notre tristesse et notre souffrance. Un sourire peut cacher de multiples douleurs. Un "je vais bien" est parfois une simple facette, une carapace qui l'éloigne encore d'un peu plus de nous...tout ce qui la laisse se refermer un peu plus dans cette prison dangereuse. Elle appelle forcément de l'aide...c'est sûr et pourtant... C'est comme si elle fait tout pour ne pas le montrer, seuls ces yeux meurtris et bouleversants parlent d'eux-mêmes, presque bien trop pour ne pas se rendre compte que son âme est déchirées de toute part. Ces souffrances sont peut-être incomprises mais... entrer dans son monde et Juste essayé d'en discerner les erreurs et les blessures ne sont pas chose facile. Lorsqu'il m'arrive de reconnaître ces entailles propres à cette drogue, je me sens comme chancelante à la simple idée de me dire que je ne pourrai peut-être pas l'en empêcher. Quand elle se rattache à se faire du mal, c'est seul et en pleure alors que tu es cher toi à te demander qu'est-ce qu'elle fait en ce moment... Pas ce qu'elle s'inflige comme horreur pour se sentir soulagé de son problème alors qu'elle en rajoute un deuxième bien plus imposant. Tout est trop lourd, personne ne peut contenir autant de lourdeur, autant de souffrance sur ses frêles épaules. Pour ma part, je ne me suis jamais scarifié. Mais avec une situation familiale ou bien des problèmes ils disent qu'ils n'ont d'autres choix, comme s'ils pensent que c'est une obligation due à leurs souffrances, de se faire aussi mal. C'est se détester bien plus que quiconque. ils Doivent se sentir honteux, incapables ou tellement plus ! On m'a aussi dit, et j'en ai été complètement choqué, que cela pouvait se trouver une mode. Une fille, un jour, m'a expliqué en détailles ses intentions vis-à-vis de ses blessures. Elle ma cité que pour elle c'est une source d'affection, que l'on remarque sa souffrance pour la consoler et ainsi l'aimer. Dans le fond c'est une phase d'adolescence qu'elles prennent comme elle vient, à l'idée de ressembler à cette fille magnifique, dans ce groupe populaire qui se scarifie et qui a pourtant une certaine classe et une tristesse attendrissante. Tout cela à bien entendu un fond psychologique. Le seul point commun à toutes ces sources de souffrance, est la tristesse et une confiance en soi/un respect de soi entièrement nul. Je suis peut-être mal placé pour parler de ce sujet dont je n'ai jamais fait appel. Mais... Je voulais juste insister sur un fait : La scarification ne fait que rajouter à tous vos maux un problème de plus.
 Cela vous détruit et vous ronge car, commencer une petite fois cette erreur et vous aurez le réflexe d'y revenir quotidiennement. C'est comme je l'ai appelé, une véritable drogue qu'il ne faut pas prendre à la légère ! Alors à toutes celles et tous ceux qui se sont déjà noyé dans ce terrible problème, n'y retourner pas et stopper le plus rapidement possible, éclaircissant d'un peu plus votre vie. Parlez donc de vos souffrances avec vos parents ou alors avec vos amis. Se refermer sur soi n'apporte rien de bon, qu'une impression de solitude qui n'a rien de positif dans votre existence. La scarification n'est pas une solution... Mais une fatalité.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire