samedi 27 février 2016

Les pensées sombres 3

J'ai peur...peur de cette pénombre, de ce cœur déchiré de milles parts en mon âme. Cet espoir qui s'était niché au creux de ma poitrine comme un appel de SOS devenait maintenant un simple passé douloureux. Tu n'es pas venue, je t'ai pourtant attendue...Je ne peux pas t'en vouloir de me rejeter mais cette blessure que tu as façonnée dans mon esprit meurtrie est si difficile à effacer... Alors je repense à nous, à toi, à ce souvenir prés de la plage où le sable brûlant d'un soleil éternel était, comme tu le dis encore, un amour éphémère. Je ne le savais que trop bien après tout...Le regard que tu essayais de cacher, le mien qui était en tout point celui d'une amoureuse transie...Mais ce premier baisé, cette main douce dans mon cou, ton odeur si spécifique et que j'avais tant rêvé de m’imprégner. Alors pardonne-moi d'avoir tout gâché, que cet accident fut l'une de mes conduites pour te retrouver... Je ne te demande pas de m'être fidèle, une blonde, une brune...Du moment que tu me dis "je t'aime". Tu sais, je peux fermer les yeux, ne pas te recommander tendresse et affection si cela t'agace et te rend nerveux. Je veux que tu m’embrasses, que l'on oublie que je suis à l’hôpital, que tu n'es pas venu et que je t'imagine dans les bras d'un autre ou simplement, dans le meilleur des cas, perdue. Je ne veux pas savoir son nom, ni ses formes généreuses que tu peux si bien décrire...Mes larmes ne suffisent pas à te ramener, elles n'en ont jamais été capables. Mais aujourd'hui tout est terminé...désolé, après tout cela ne risque peut-être pas de te blesser... Mon amour du passé.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire