mercredi 10 février 2016

La liberté d'Arwen

En 1986, arwen n'était qu'une jeune fille de basse société et, a seulement 16 ans, elle se trouvait déjà vouée à un mariage arrangé. L'argent, le pouvoir... tout cela animait son monde cruel qu'elle détestait tant. elle était perdue entre la raison et le coeur, entre assumer ses responsabilités de fille unique pour sa pauvre famille sans aucune richesse ou retrouver son propre et véritable amour. Il se prénommait Louis, il n'était qu' un berger entre tous de ce si petit village isolé de la grande et réjouissante cour royale. Où passaient donc tous les sous que le peuple donnait sans protester au roi puisqu'un chantage de peine de mort les submergeaient de peur. Arwen avait cette envie de liberté inégalable qu'elle ne pourrait qu'espérer en rêve. Elle se promenait dans la forêt en pensant à tout ce qui pouvait être synonyme de bonheur et qu'elle ne ressentait manifestement pas... Elle s'avança parfois jusqu'au lac où, éprise de chagrin, elle débutait une conversation peut-être à elle-même mais aussi avec une présence inexplicable rôdant autour de cette eau si pure. elle se sentait si bien, accompagnée d'une chaleur humaine qui l'enlaçait et la protégeait de tout danger. Mais à chaque fois il fallait qu'elle aille plus loin, qu'elle y plonge parfois un pied, suivit du deuxième le lendemain et jusqu'au genou le jour d'après. Bientôt elle allait se baigner et nager dans cette eau transparente, qui la laverait de tout pêcher et lui donnerait un courage si impressionnant. Puis, le jour tant attendu arriva, elle ferma les yeux et plongea la tête la première dans le lac qui prit soudainement des teintes bleu ciel. elle se sentit si apaisée, qu'elle ne voulut pas remonter à la surface pour reprendre sa respiration et détruire ce lien qu'elle avait créé avec ce lieu enchanté. Un file d'argent, solide et magique l'emportait dans les profondeurs sombres et glaciales du lac. Elle devait avoir peur... Elle devait se débattre pour ne pas se noyer ou ne plus rien apercevoir que ce noir absolu et indescriptible. Mais elle ne le pouvait pas, elle était fascinée, pire ! Elle désirait un temps infini qui ne cessera jamais.  Elle entendit tout à coup une voix de femme, lui chuchotant à l'oreille calmement des paroles rassurantes :
- Tu es en sécurité mon enfant. ( une lumière l'aveugla un moment, était-ce cette si belle petite source de lumière qui lui parlait ?) Tu es libre ici, libre d'un destin qu'est le tient, libre de tout abandonné ou espéré... Libre de n'être, que la femme du lac...
Lorsque Arwen sortie tremblante du lac pour reprendre sa respiration, comme si on lui avait forcé ou poussé brusquement, elle se sentit chancelante. Une impression de ne faire plus qu'un avec le lac, de n'être plus emprisonnée par ces chaînes du destin. Arwen était libre, elle était dorénavant la dame du lac...La légende dit ensuite, qu'elle veilla sur ce lac jour et nuit, devenant à force l'eau en elle-même, apparaissant lorsque l'on épelle son nom dans le lointain... Mais à vous de penser cette légende réelle ou non, Arwen n'avait après tout, rêver que de liberté...


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire